Communiqué : no 14.24
Le 25 mars 2014

ALPA : Le Rapport d’enquête du BST sur le vol 6560 de First Air relève plusieurs défaillances

Ottawa – Aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié son rapport sur l’accident du vol 6560 de First Air, dans lequel il relève un grand nombre de préoccupations de longue date de l’Association des pilotes de ligne, Internationale (ALPA) liées à la sécurité, y inclus les exigences du système d’avertissement et d’alarme d’impact (TAWS), la formation des pilotes et la précision des rapports météorologiques.

« Nous sympathisons avec toutes les personnes touchées par ce tragique accident, a déclaré le commandant Lee Moak, président de l’ALPA. Il appartient à chacun de nous d’incorporer les leçons apprises et de mettre en œuvre des changements dans le but de prévenir des accidents semblables à l'avenir. »

L’ALPA est reconnaissante de l’analyse approfondie du BST dans les facteurs complexes qui ont mené à cet accident. Les multiples conclusions du rapport du Bureau établissent clairement que plusieurs facteurs auront contribué à cet accident. L’ALPA, en étroite collaboration avec l’industrie canadienne et le gouvernement, cherche activement à trouver des moyens de renforcer la sécurité des opérations des lignes aériennes dans la région de l’Arctique.

« Le Comité du président des opérations dans les régions éloignées (PCRO) de l’ALPA travaille inlassablement avec ses partenaires pour faire en sorte que l’infrastructure dans toute la région soit mise à niveau afin d'assurer le plus haut niveau de sécurité possible. Ces améliorations sont essentielles pour assurer la sécurité des vols aériens dans l’Arctique », a affirmé le commandant Peter Black, président du PCRO.

Depuis des décennies, l'ALPA s'est fait le défenseur d’une meilleure formation des pilotes qui tient compte de tous les aspects requis d’un pilote professionnel de ligne aérienne. Les pilotes doivent avoir reçu les connaissances et les compétences nécessaires pour gérer leur charge de travail et leurs ressources dans la cabine, surtout la capacité de réagir à des situations imprévues, anormales, ainsi que celles potentiellement dangereuses.

Les tâches d’un pilote surveillant (pilote non aux commandes) sont un domaine que l’ALPA a continué de mettre en évidence comme domaine de concentration. Ce rôlel est une compétence qui doit être acquise et exercée. Il faut l’enseigner aux pilotes et leur fournir des stratégies sur la façon de surveiller activement, et le rôle doit être mieux enseigné et défini. La gestion des ressources de l’équipage (CRM) et la formation en commandement sont également nécessaires.

Il est aussi essentiel d’avoir des rapports météorologiques exacts et ponctuels afin que les pilotes possèdent une image complète de leur approche sur un aéroport. Le PRCO a continuellement recommandé que les équipages volant vers l'Arctique reçoivent des données météorologiques, ou y aient accès en temps réel afin d’assurer la sécurité du vol dans l'un des environnements météorologiques les plus dynamiques au monde.

L’ALPA est reconnaissante d’avoir été invitée à participer au processus d’enquête du BST. Nous espérons continuer à travailler en collaboration étroite avec le ministre des Transports, d'autres fonctionnaires du gouvernement et les représentants de l'industrie du transport aérien afin de traiter les problèmes de sécurité identifiés dans cet accident.

Fondée en 1931, l’ALPA est le plus grand syndicat des pilotes au monde, représentant près de 50 000 pilotes pour 31 entreprises de transport aérien aux États-Unis et au Canada. Visitez le site Web de l’ALPA à www.alpa.org ou suivez-nous sur Twitter @WeAreALPA.

###

PERSONNE-RESSOURCE : ALPA Media, 703/481-4440 ou Media@alpa.org
Restez branchés avec l'ALPA